La Route des Rêves

01 Une création de Jean-Michel Ribes

Les 25 ans de la Fondation Colas

À l’occasion de son vingt-cinquième anniversaire, la Fondation Colas a donné carte blanche à Jean-Michel Ribes, directeur du théâtre parisien du Rond-Point, pour créer un spectacle célébrant la peinture, baptisé La Route des rêves. Quand la danse, la magie, la chanson, la comédie et la vidéo s’unissent pour rendre hommage aux toiles de la Fondation.

Pendant plus d’une heure s’enchaînent danse contemporaine, saynète de théâtre, numéro d’équilibristes à vélo ou encore show de diva burlesque, le tout sur un fond sonore où Mozart côtoie du hip-hop. Avec un sujet commun : la peinture, et plus précisément les toiles de la Fondation Colas projetées en vidéo. Pendant trois jours, début février, le théâtre du Rond-Point a accueilli un spectacle unique, à l’image de la Fondation, qui, depuis vingt-cinq ans, passe commande sur le thème de la route à des artistes sélectionnés sur dossier par un jury composé de collaborateurs du Groupe et de personnalités issues du monde de l’art. La collection, baptisée «Routes de l’imaginaire», compte aujourd’hui 350 toiles.

«Pour le vingt-cinquième anniversaire de la Fondation, je souhaitais que ce mécénat dédié à la peinture soit mis en scène dans une création évoquant la pluralité de l’engagement de Colas, ouvert également à la danse et à la musique à travers Colas en Scène, explique Hervé Le Bouc. J’ai ainsi commandé à Jean-Michel Ribes, l’un des maîtres de la culture partagée, un spectacle d’art vivant à l’image d’une collection en mouvement et d’un mécénat artistique pluridisciplinaire, axé sur la création et le soutien aux talents. Carte blanche lui a été donnée.» Pour ce spectacle, le metteur en scène a tenu à associer la danse, la magie, la chanson, la comédie, le cirque ainsi que la vidéo, chaque art servant de support aux toiles de la Fondation. Le chorégraphe Angelin Preljocaj ou encore le compositeur Reinhardt Wagner se sont unis aux nombreux artistes pour, selon Jean-Michel Ribes : «composer une ode scénique où leurs talents se mêlent pour dire avec grâce leur amour de la peinture et leur désir de route».

Au total, 1 500 personnes ont pu profiter de l’événement. Pour Hervé Le Bouc : «avec “l’audace joyeuse” qui caractérise Jean-Michel Ribes, La Route des rêves ouvre de nouveaux horizons, portés par un dialogue entre différentes formes d’art».