Colas en Amérique du sud

Colas en Amérique du sud

À l’ouest de la cordillère des Andes, les projets de Colas se multiplient. Au Chili, où Colas Rail est présent depuis 2013, le développement du métro et du réseau ferroviaire ouvre des perspectives à vingt ans, tandis que l’activité routière démarre avec la réalisation récente d’une acquisition. Au Pérou, Colas participe à la construction d’infrastructures minières. Décryptage.

Extrait du Routes 43

PDF

Colas en Amérique du sud

UNE RÉGION À FORT POTENTIEL. Le salon Perumin réunit, comme tous les deux ans depuis 1943, les grands acteurs du secteur minier au Pérou. Cette année, en septembre, un chantier exceptionnel est au centre des conversations : Quellaveco. La compagnie minière Anglo American a investi plus de 3 milliards de dollars dans l’exploitation d’une mine de cuivre – qui pourrait être exploitée pendant quarante ans – sur ce site situé à 1200 km au sud de Lima. Un chantier auquel Colas participe déjà au travers de sa filiale Colvias, récemment créée en vue de développer des activités routières au Pérou. «Les équipes de Colvias sont spécialisées dans les infrastructures minières, précise Jean-Baptiste Guénet, directeur Amérique du Sud de Colas. 

À Quellaveco, les collaborateurs travaillent à presque 4 000 mètres d’altitude, dans un environnement aride et avec des indices UV élevés. L’exigence en termes de protection et de sécurité est donc très forte.» Les activités minières représentent des opportunités pour Colas au Pérou, mais aussi au Chili. Dans cet autre pays andin au fort développement minier, le Groupe est présent depuis huit ans au travers de la société Dust-A-Side, spécialisée dans l’élimination des poussières. Et la région a d’autres opportunités à offrir. Colas a en effet acquis, l’été dernier, Asfalcura, société spécialisée dans la construction routière et en particulier dans la production et la mise en oeuvre d’enrobés. «En Amérique latine, Colas cible les pays matures économiquement, sur des marchés où les conditions de compétition sont saines et transparentes», souligne Jean- Baptiste Guénet.

DES SOMMETS ANDINS AU MÉTRO DE SANTIAGO. C’est au Venezuela que Colas a historiquement pris pied sur le continent sud-américain. Une aventure ferroviaire initiée par Colas Rail il y a trente ans et forte de solides références – notamment la construction et l’extension des réseaux de métro de Caracas (quatre lignes) et de Los Teques (deux lignes). Mais les profonds désordres économiques et politiques du pays limitent aujourd’hui les perspectives. L’activité ferroviaire n’en suit pas moins une forte dynamique sur le continent, portée, là encore, par le Chili. «Nous allons démarrer l’extension de la ligne 2 du métro de Santiago. Avec EFE [Empresa de los Ferrocarriles del Estado, opérateur ferroviaire national], nous allons fournir et installer 150 appareils de voie pour le réseau principal, sur des lignes en opération», annonce Régis Roche, directeur Latam* de Colas Rail. Des chantiers d’ampleur, qui impliquent une logistique dédiée. 

«Nous faisons notamment venir des engins utilisés sur un chantier important au Maroc, ou encore des PemLem*. Ces portiques de levage et transport de matériel capables d’avancer automatiquement permettent de gagner un temps précieux et seront utilisés pour la première fois en territoire chilien sur notre chantier EFE», détaille Luc Rodriguez, directeur commercial Amérique latine de Colas Rail. Et ce n’est pas tout: à Santiago, la construction des lignes de métro 7, 8 et 9 est déjà prévue. Les premiers appels d’offres seront lancés dès 2020 pour des inaugurations en 2025. «À l’heure actuelle, peu de pays construisent trois lignes de métro en cinq ans», souligne Régis Roche. Des initiatives privées visent, par ailleurs, la création d’une LGV entre Santiago et Valparaíso, une liaison nouvelle avec l’aéroport à Santiago… Autant d’opportunités pour Colas Rail, dans un pays «parmi les plus organisés, avec un réseau efficace, des besoins importants, et où les projets sont réalisés en temps et en heure», conclut Luc Rodriguez.

*Portiques électriques motorisés.

LA MINE DE QUELLAVECO

Sur le site minier de Quellaveco, au Pérou, la sécurité et la responsabilité sociétale sont des points clés pour les équipes de Colvias, qui réalisent les infrastructures routières. La compagnie minière Anglo American, qui construit ce qui sera l’une des plus grandes mines de cuivre au monde, promeut les embauches locales et exige le respect de référentiels QHSE exigeants.

LE MÉTRO DE SANTIAGO

Réalisées dans le cadre d’un contrat de conception, construction et maintenance d’une durée de vingt ans remporté en 2016, les nouvelles lignes de métro 3 et 6 complètent le réseau souterrain, qui dessert la plupart des banlieues de Santiago du Chili. En période de pointe, plus de 1 000 collaborateurs ont travaillé sur ce chantier.