BHNS de Lens, les clés d'un grand projet

BHNS de Lens, les clés d'un grand projet

Dans le bassin minier du Nord-Pas-de-Calais, à Lens, Colas réalise en groupement cinq lots de voies de bus à haut niveau de service (BHNS). Afin d’améliorer la mobilité sur ce territoire de 1000km² regroupant les agglomérations de Lens-Liévin, Hénin-Carvin et Béthune-Bruay et de proposer un service de transport performant, plus respectueux de l’environnement et alternatif au «tout automobile», ce sont près de 110 km de voies qui sont aménagées entre 2017 et 2019. Les six lignes de bus doivent permettre d’irriguer les principaux pôles d’échanges du territoire et à tous les habitants d’avoir accès à un réseau de transports en commun à l’échelle de la région. De la prise d’affaires aux travaux, retour sur l’histoire d’un grand projet.

Extrait du Routes 41 - octobre 2018

PDF

BHNS de Lens

Un projet, une équipe : Premier acte, donc : en septembre 2016 est créée une équipe regroupant Colas Projects (pilote), Colas Nord-Est et Bouygues Energies et Services (filiale de Bouygues Construction). «La valeur ajoutée de notre groupement se trouvait dans la création d’une structure dédiée, se souvient Frédéric Dutour, directeur du projet. Outre la connaissance du tissu local, la mobilisation des équipes de l’agence Artois (travaux) et de l’établissement SNB (aménagements paysagers) de Colas Nord-Est témoignait de notre volonté de présenter une offre tenant compte des lieux, des différents interlocuteurs et des problématiques riveraines.» Deuxième acte : construire un mémoire technique, factuel, précis et répondant aux attentes du client tout en étant attractif et différenciant. Pour Stéphanie Minnebois, «la clé était de montrer au client que nous avions identifié ses enjeux – respect des délais et du planning, intégration du projet dans l’environnement urbain, démarche environnementale – et que nous mettions en face des solutions techniquesperformantes. Sur le fond, nous avons travaillé en atelier pour définir les messages clés de notre offre. Sur la forme, nous nous sommes attachés à rendre le mémoire clair, synthétique et agréable à lire. C’est en cela qu’il était orienté client et que nous avons pu remporter l’affaire en “mieux-disance”».

Cinq dossiers, cinq contrats : Décembre 2016, le premier mémoire en réponse à l’appel d’offres du lot «Bulle 6» à Bruayla-Buissière est remis, et les bases des quatre autres sont ainsi posées. Acte III : l’aventure BHNS démarre ! «Au total, ce sont cinq lots qui ont été remportés, soit un linéaire de plus de 38 km pour un montant total de 60 millions d’euros, expose Frédéric Dutour. Le démarrage simultané des travaux sur ces cinq secteurs, après moins de deux mois de préparation, a constitué un défi important, notamment pour le recrutement et la mobilisation des équipes.» Des Hauts-de-France aux Vosges, ce sont 350 collaborateurs, en provenance de plusieurs agences de Colas Nord-Est, qui sont intervenus au pic de l’activité du projet. Au programme : terrassement, voiries, assainissement, revetement de surface, espaces verts. Aximum, filiale sécurité signalisation routière de Colas, a réalisé la signalisation d’approche et temporaire du chantier.

S’adapter au contexte local : Quatrième acte, une adap tation continue. «Dans cette région façonnée historiquement et topographiquement par les deux guerres mondiales, l’emprise du chantier du BHNS est, elle, marquée par la présence d’obus et de mines. Tout engin explosif, même rouillé et ancien, reste dangereux», souligne Frédéric Dutour. À quelques pas du stade Bollaert-Delelis, véritable institution lensoise, c’est un ancien blockhaus qui a été mis au jour, arrêtant les travaux pour quelques mois, le temps de vérifier et de sécuriser les galeries attenantes au blockhaus. «Spécificité de ce chantier, le volet pyrotechnie a été confié à une entreprise spécialisée, qui a détaché sur place un pyrotechnicien ainsi que des engins dédiés afin de sonder les terrains et de détecter les engins métalliques préalablement au démarrage des travaux, poursuit Frédéric Dutour. Cette étape est essentielle et permet de prévenir d’éventuels risques d’explosion.» L’enceinte sportive a également fait l’objet d’une attention particulière lors d’événements sportifs, avec l’obligation de maintenir des accès au stade et de sécuriser le site avec des clôtures anti-escalade et anti- renversement. Un principe de sécurisation déjà mis en oeuvre par la filiale dans le cadre de l’Euro 2016 de football au stade Pierre-Mauroy de Lille.

Environnement et sécurité : Acte V : l’environnement et la sécurité. Dès les études, un écologue a été engagé afin de conseiller le groupement dans la conception et la réponse à l’appel d’offres d’un point de vue. environnemental. Présence de la renouée du Japon, une espèce invasive, prise en compte d’espèces migra toires ou encore gestion des terres polluées, chaque défi environnemental a été intégré dans la réalisation des travaux. «Le risque d’accident étant particulièrement important compte tenu de l’emprise réduite et des nombreux engins présents sur les différents sites, le respect de la sécurité, valeur n° 1 de Colas, a été au coeur de la gestion de nos chantiers», souligne Frédéric Dutour.

Les chiffres clés du projet de BHNS de Lens


  • 5

    lots

  • 350

    collaborateurs

  • 16

    mois de travaux

  • 38

    km de voiries

  • 120 000

    tonnes d'enrobés mises en oeuvre

  • 48 000

    heures d'insertion professionnelle

S'intégrer dans l'environnement urbain

Acte final : l’acceptation sociétale. Parce qu’un chantier bien compris est un chantier bien accepté. L’application gratuite «Colas et Moi» a été mise en place pour suivre les chantiers du BHNS en temps réel. «Recherche par secteur, publication de photos et d’un descriptif des travaux, possibilité de s’abonner à des alertes, etc., cette application a été notre réponse pour créer une proximité et faciliter la communication avec les riverains.» Plus de 300 abonnés étaient recensés en période de pointe des travaux. Parallèlement, un facilitateur a été nommé pour compléter l’action des binômes d’ambassadeurs détachés par le client afin d’entretenir les relations avec les commerçants. Après quatorze mois de travaux, l’heure est à la livraison des différents chantiers du BHNS. Une période de marche à blanc est prévue en décembre 2018. Et Frédéric Dutour de conclure : «Un grand projet est une aventure humaine qui nécessite sans cesse de s’adapter, de faire preuve d’humilité, d’avoir une énergie communicative. Sur le BHNS de Lens, notre plus grande réussite a été de remporter l’adhésion. Le projet a fonctionné parce qu’il y avait de l’humain au coeur.»

«La solidarité des agences de Colas Nord-Est a été essentielle»

«Le projet du BHNS était identifié depuis longtemps et Colas Nord-Est, au travers de son implantation locale, possédait les atouts et l’expérience nécessaires pour le réaliser. Mais l’ampleur des travaux ne permettait pas de le gérer au niveau de l’agence uniquement. La décision a été prise de travailler avec Colas Projects dès la prise d’affaires, car cette étape demandait beaucoup d’investissement en temps et en personnes. Le principal défi a porté sur les effectifs : il fallait éviter de déstabiliser le fonctionnement de l’agence. Avec huit équipes présentes sur le chantier, il a fallu arbitrer entre les forces dédiées au projet et celles de l’agence, car, parallèlement, l’activité a repris : marché d’entretien de voiries, plateformes logistiques, travaux en zone d’activité commerciale (ZAC) dont les voiries viennent se raccorder aux voies du BHNS. Nous fonctionnions en flux tendu. Comme tout projet de production important, cela a permis de faire évoluer les collaborateurs et d’utiliser au mieux le parc matériel. Au bout du compte, tout est une question d’équilibre entre la réalisation des travaux et la gestion de la relation commerciale ; mais rien n’aurait été possible sans la solidarité des agences de Colas Nord-Est.» SÉBASTIEN BOTHIER, chef de l’agence Artois de Colas Nord-Es