Communiqués de presse
27.02.2013

Résultats annuels 2012

Progression du chiffre d'affaires de 5 % - Résultat net part du Groupe: 302 M€ (336 M€ en 2011) - Dividende proposé: 7,26 € par action - Carnet de commandes à un niveau élevé: 6,7 Md € (+ 4 %)

 

Le Conseil d'Administration de Colas, réuni le 22 février 2013 sous la présidence
d'Hervé Le Bouc, a arrêté les comptes de l'exercice 2012 qui seront soumis à l'Assemblée Générale des actionnaires le 16 avril 2013.  

Chiffres clés consolidés
En millions d'euros

2012

2011

Variation
2012/2011

Chiffre d'affaires consolidé

13 036

12 412

+ 5 %

   Dont France

7 363

7 250

+ 2 %

   Dont International

5 673

5 162

+ 10 %

Résultat opérationnel

406

466

- 13 %

Résultat net consolidé (part du Groupe)

302

336

- 10 %

 

 

Capacité d'autofinancement nette

723

728

- 5 M€

Cash-flow libre1

407

327

+ 80 M€

 

 

Trésorerie nette (endettement net)

(170)

28

- 198 M€

Malgré un contexte économique peu porteur, le chiffre d'affaires est en progression : 13,0 milliards d'euros (+ 5 %)

Le chiffre d'affaires de l'exercice 2012 s'élève à 13,0 milliards d'euros, en hausse de 5 % (+ 3 % à périmètre et taux de change constants). La croissance provient principalement de l'international (5,7 milliards d'euros, + 10 %), et le chiffre d'affaires en France est en légère hausse (+ 2 %), à 7,4 milliards d'euros.

Routes :

  • En France métropolitaine, le chiffre d'affaires ressort à 5,2 milliards d'euros, quasiment stable par rapport à 2011 (+ 1 %).
    • Après un premier semestre marqué par des conditions climatiques particulièrement défavorables, le retard d'activité a pu être rattrapé au second semestre. Toutefois, si l'on tient compte d'une inflation des coûts de production (bitume, énergie, matières premières...) de l'ordre de 4 %, l'activité en volume est en baisse d'environ 3 %.
    • Le marché routier reste caractérisé par une forte disparité géographique dans les volumes d'activité.
  • En Europe, le chiffre d'affaires s'établit à 1,5 milliard d'euros, un niveau identique à celui de l'an passé (+ 1 % à périmètre et taux de change constants).
    • L'Europe du Nord est en progression, notamment au Royaume-Uni et au Danemark. En Europe centrale, le chiffre d'affaires est en baisse compte tenu de la cession d'une filiale en Roumanie en 2012, mais l'activité à périmètre et change constants a été stabilisée.
  • En Amérique du Nord, le chiffre d'affaires est de 2,6 milliards d'euros, en hausse de 10 % (+ 2 % à périmètre et change constants).
    • Aux Etats-Unis, le chiffre d'affaires est en léger recul à périmètre et taux de change constants, dans un marché moins bien orienté que prévu en début d'exercice : le report du vote d'un nouveau plan pluriannuel fédéral de financement des infrastructures routières, adopté seulement fin juin 2012, a entraîné des décalages d'investissements des Etats.
    • Au Canada, le chiffre d'affaires est en progression à périmètre et taux de change constants, et atteint un niveau record dans une économie résiliente qui bénéficie du dynamisme des secteurs minier et pétrolier.
  • Dans le Reste du monde, le chiffre d'affaires s'élève à 1,5 milliard d'euros, en progression de 15 % (+ 11 % à périmètre et taux de change constants). L'activité est en hausse dans les Départements d'Outre-Mer, malgré un marché difficile dans les Antilles, ainsi qu'en Afrique et dans l'Océan Indien, et enregistre une forte croissance en Asie et en Australie. 

Activités de Spécialités :

Le chiffre d'affaires s'établit à 2,3 milliards d'euros, en progression de 6 %, avec des tendances différentes selon les métiers : forte augmentation du chiffre d'affaires de la Vente de produits raffinés (+ 28 %), avec la hausse du prix du pétrole brut (réduit) utilisé comme matière première, croissance de l'activité Ferroviaire (+ 10 %), essentiellement à l'international, quasi-stabilité de la Sécurité signalisation routière à périmètre et change constants, bonne résistance de l'Etanchéité (-2 %) dans un marché du bâtiment peu porteur en France, et baisse du Pipeline (- 12 %), en l'absence de projets de pipeline significatifs.

 

Le résultat opérationnel ressort à 406 millions d'euros (466 millions d'euros en 2011)

Le résultat opérationnel ressort à 406 millions d'euros, contre 466 millions d'euros en 2011, et la marge opérationnelle s'établit à 3,1 % (3,8 % en 2011). Cette évolution reflète :

  • une baisse de rentabilité en Amérique du Nord, du fait d'une année difficile aux Etats-Unis, avec un marché moins bien orienté que prévu et une perte liée au développement d'une activité itinérante d'entretien low-cost dans des Etats où Colas n'a pas d'implantation permanente,
  • une perte dans l'activité de Vente de produits raffinés, la hausse du prix du pétrole brut utilisé comme matière première n'ayant pu être totalement répercutée dans le prix de vente de certains produits, dans un marché du raffinage en crise,
  • une bonne performance de l'activité routière en France métropolitaine, qui permet de stabiliser la rentabilité, malgré des conditions climatiques défavorables au premier semestre,
  • une amélioration du résultat en Europe centrale, qui est à l'équilibre, conformément aux objectifs, grâce aux nombreuses actions d'adaptation menées depuis 2010.

 

Le résultat net part du Groupe ressort à 302 millions d'euros (336 millions d'euros en 2011)

Après prise en compte d'un résultat financier de -18 millions d'euros, proche de celui de 2011 (-21 millions d'euros), d'une charge d'impôt de 137 millions d'euros (163 millions d'euros en 2011) et d'une contribution des sociétés mises en équivalence inchangée à 59 millions d'euros, le résultat net part du Groupe ressort à 302 millions d'euros (336 millions d'euros en 2011).

 

Une structure financière solide

La capacité d'autofinancement nette ressort à 723 millions d'euros, un niveau quasiment équivalent à celui de 2011.

Les investissements nets d'exploitation ressortent à 316 millions d'euros2, un niveau inférieur de 85 millions d'euros à celui de l'exercice précédent, ce qui démontre la capacité du Groupe à maîtriser et adapter son rythme d'investissement.

Le cash-flow libre2 ressort ainsi à 407 millions d'euros en amélioration par rapport à 2011 (327 millions d'euros), ce qui a permis de poursuivre une politique de croissance externe dynamique et ciblée, notamment dans les matériaux de construction et dans le ferroviaire. Les investissements financiers nets (titres, y compris rachats de titres aux intérêts minoritaires, et actifs) ressortent à 88 millions d'euros (102 millions d'euros en 2011).

La structure financière est solide, avec un niveau élevé de capitaux propres de 2 544 millions d'euros et un endettement financier net de 170 millions d'euros à fin décembre 2012, dont l'évolution par rapport à fin 2011 (trésorerie nette de 28 millions d'euros) s'explique par un besoin supplémentaire de fonds de roulement.

 

Résultat net de Colas

Le bénéfice net de Colas société mère s'est élevé à 253 millions d'euros contre 325 millions d'euros en 2011.

 

Dividende

Le Conseil d'Administration proposera à l'Assemblée Générale qui se tiendra le 16 avril 2013 de distribuer un dividende par action de 7,26 euros (soit un montant distribué de 237 millions3), soit le même niveau que l'an passé. Le dividende est ainsi maintenu à un niveau élevé.

 

Carnet de commandes

L'année 2012 a été caractérisée par d'importants succès commerciaux, dont le contrat de partenariat public-privé pour le futur contournement ferroviaire de Nîmes-Montpellier (prise de commandes de 310 millions  d'euros pour Colas), l'extension de la ligne 1 du métro d'Alger (prise de commande de 46 millions d'euros pour Colas Rail) et le contrat d'entretien de la voirie du centre de Londres pour une durée de 8 ans (montant total du contrat de base estimé à 420 millions de livres sterling, dont 40 % pour Colas Ltd).

Colas démarre ainsi l'exercice 2013 avec un carnet de commandes élevé qui ressort à 6,7 milliards d'euros à fin décembre 2012 (dont 3,5 milliards d'euros en France métropolitaine), en progression de 4 % sur un an (+ 5 % en France métropolitaine ; + 2 % à l'international et outre-mer).

 

Perspectives

Ce carnet de commandes permet de commencer l'année dans de bonnes conditions, dans une conjoncture économique toujours caractérisée par une faible visibilité.
Les hypothèses retenues concernant l'évolution des principaux marchés de Colas en 2013 sont les suivantes : 

  • pour l'activité Routes:
    • un marché en France métropolitaine proche du niveau de 2012 : malgré un contexte incertain, il bénéficiera en effet de la poursuite de grands chantiers, de projets de transports en commun urbains et de l'achèvement de nombreux projets avant les élections municipales de 2014 ;
    • un marché aux Etats-Unis qui devrait bénéficier du nouveau plan pluriannuel d'infrastructures voté en juin 2012, d'une légère reprise de l'économie américaine et d'une amélioration des indicateurs avancés de la construction;
    • un chiffre d'affaires qui restera élevé au Canada en 2013, mais en retrait par rapport au niveau record de 2012, dans un marché canadien toujours porteur à moyen terme ;
    • une activité en Asie/Australie qui présente de bonnes perspectives ;
    • une activité dans les autres zones d'implantation (Europe, Afrique et Océan Indien, Départements d'Outre-mer) qui ne devrait pas connaître de variation sensible; 
  • une croissance des activités de Spécialités. L'activité ferroviaire devrait poursuivre sa progression compte tenu d'un carnet de commandes élevé et de nombreuses opportunités à l'international. Dans un marché du raffinage qui devrait rester mal orienté en 2013, le chiffre d'affaires de la Vente de produits raffinés devrait mécaniquement augmenter du fait de la fin, au 1er janvier 2013, du contrat de processing par lequel Total commercialisait 40 % des productions de SRD4.

 

Colas a mis en place des plans d'action afin d'améliorer sa compétitivité, notamment :               

  • une nouvelle organisation de la Route en métropole, qui doit simplifier l'organisation et rendre plus efficace le pilotage opérationnel de l'activité ;
  • un plan d'action aux Etats-Unis qui inclut l'arrêt, dès 2013, des activités ayant pénalisé l'exercice 2012 ;
  • des mesures pour améliorer progressivement les résultats de l'activité de Vente de produits raffinés : diversification des sources d'approvisionnement et meilleure optimisation de la production. 

En fonction des éléments disponibles, une première hypothèse de chiffre d'affaires pour 2013 a été arrêtée à 13,2 milliards d'euros (+1% par rapport à 2012).

 

Rémunération des dirigeants

Conformément aux recommandations AFEP-MEDEF, les informations sur les rémunérations des dirigeants et les attributions d'options sont publiées ce jour sur le site http://www.colas.com/

Les comptes ont été audités et un rapport avec une certification sans réserve a été émis par les Commissaires aux Comptes.

L'intégralité des comptes et annexes est mise en ligne sur le site http://www.colas.com/.

La présentation à destination des analystes financiers se déroulera le 28 février 2013 à 9h00 et sera mise en ligne sur le site Colas http://www.colas.com/.

 


1 Le cash-flow libre est égal à la capacité d'autofinancement (déterminée après coût de l'endettement financier et charge nette d'impôt de l'exercice, et avant variation du besoin en fonds de roulement) diminuée des investissements nets d'exploitation de l'exercice, hors achats d'actifs assimilables à de la croissance externe (29 millions d'euros en 2012, 13 millions d'euros en 2011). Le cash-flow libre y compris achats d'actifs assimilables à de la croissance externe ressort à 314 millions d'euros en 2011 et 378 millions d'euros en 2012.

2 Hors achats d'actifs assimilables à de la croissance externe (29 millions d'euros en 2012, 13 millions d'euros en 2011)

3 Sur la base du nombre d'actions au 31 décembre 2012

4 Société de la Raffinerie de Dunkerque

Télécharger le PDF

Delphine Lombard
01 47 61 76 17 - lombard@siege.colas.fr