Yann Dugain

"Autodrôle", Yann Dugain (2007)

Yann Dugain était étudiant à l'Ecole des beaux-arts de Paris en mai 68. Il a également suivi des études de dessin publicitaire. Il expose régulièrement depuis Le début des années 1980 : galerie Vincent et Maison du monde à la Réunion, galerie Oculus au Japon, musée des Beaux-Arts à Chartres, Studio 13 à Paris... Outre la Fondation Colas, son travail a été reconnu notamment par le Fonds national d'art contemporain.

Portrait de l'artiste-peintre Yann Dugain

Vous avez été sélectionné par la Fondation Colas pour réaliser une toile. Qu'éprouvez-vous ?

Cela me fait très plaisir de savoir que ma toile va voyager. Je pense que l'art doit sortir des contextes nationaux dans lesquels il évolue. J'avais assisté à un vernissage de la Fondation Colas, invité par un ami peintre sélectionné. Cela m'a donné envie de présenter un dossier. Une fois retenu par le jury, j'ai travaillé six mois sur le sujet et j'ai peint une dizaine de toiles que j'ai envoyées à la Fondation. On m'a alors demandé d'en choisir une !

D'un tableau à l'autre... Ici, vous avez représenté une voiture blanche...

Un jour, alors que je faisais du vélo dans Paris, j'ai croisé une grande limousine blanche avec des fleurs sur le toit. Je me suis dit que c'était cela la route, que cette limousine en était le symbole. Cela montre aussi que la route débute dès que l'on sort de chez soi, au coin de la rue.

Quelles sont les autres thématiques qui vous inspirent ?

Cela a varié selon les différentes périodes de ma vie. A une époque où j'exposais à la Réunion, je peignais les femmes des îles. Dans une autre période, je réalisais des toiles qui évoquaient des termes français tombés en désuétude et j'ajoutais ces mots sur les tableaux. Actuellement, je reviens aux corps féminins. Des corps que j'habille, qui deviennent pudiques. Je travaille également à des dessins en noir et blanc... Au fond, je me laisse guider par la création. Sans préméditation.

Télécharger le PDF