Karine Roche

"D'une étendue à l'autre", Karine Roche (2006)

Diplômée de l'ecole des arts appliqués Olivier- de-serres et lauréate en 2003 du prix «Novembre à Vitry», Karine Roche, 29 ans, mène de front son travail de créatrice de décors de cinéma et sa carrière de peintre. Elle a exposé récemment à la galerie d'art contemporain de Catherine et André Hug, à Paris, ainsi qu'au Musée national des arts décoratifs et populaires de Moscou.

Portrait de l'artiste peintre Karine Roche

La représentation de la ville ou de paysages urbains est-elle une constante dans votre peinture ?

Dans mes compositions, je mixe l'urbain et le floral, et je fais de la ville un élément naturel. Mais plus qu'une représentation figurative de la cité, ce qui m'intéresse, c'est surtout la densité, l'accumulation de lignes qui, une fois ordonnées, dessinent une ville.

Où trouvez-vous l'inspiration ?

Dans la réalité urbaine, là où je vis, là où je voyage. De retour de Corse, j'avais peint davantage de compositions purement naturelles, à base de plantes et de fleurs, moins urbaines. Mais tous les pays, toutes les villes que je croise sont sources d'inspiration. Ainsi, récemment, j'ai essayé de retranscrire les paysages du Caire, de Shanghai, de La Paz... en m'appuyant toujours sur une base réaliste : des photos incluses directement sur la toile sont le point de départ de mon univers pictural.

Le thème de la route sur lequel vous avez travaillé pour la Fondation Colas vous est-il familier ?

C'est la première fois que je l'ai exprimé de façon aussi claire. Mais loin d'être une contrainte, ce thème m'a permis d'explorer de nouvelles voies que je n'aurais pas forcément cherchées seule. J'ai transcrit mon imaginaire, un rapport de lignes géométriques - toujours mon intérêt pour l'architecture urbaine - dans lequel la nature vient se greffer en coupant ces angles droits et la route traversante. Avoir été récompensée par la Fondation Colas est une belle reconnaissance. Et j'aime l'idée que le tableau vive sa propre vie, qu'il aille là où il ne serait jamais allé a priori...

Télécharger le PDF